None Autour de la marque

L'élixir des dieux

L'élixir des dieux

Nous avons été très touchées de recevoir un magnifique texte d’une de nos clientes et écrivain, sur l’expérience Graine de pastel. Il reflète toute la sensorialité, l’expérience de marque et les valeurs que nous nous efforçons de porter à travers nos rituels de soin… Frédérique Chamayou nous a autorisé à vous partager ses très jolis mots que nous vous laissons découvrir et apprécier.

 

« Mes doigts cheminent sur ma peau, déposant la texture onctueuse, fraiche, blanche et odorante.

Devant mon miroir le rituel a commencé et les mêmes gestes répétés par de nombreuses femmes me relient à elles, mes sœurs, dans une cérémonie mystique qui ne durera que quelques secondes, quelques minutes peut-être.

L’huile de pastel est le mystère qui transmute la peau, la régénère et la protège. Je me sens prêtresse de ces instants où la mère transmet les gestes à sa fille et où la fille transmettra les gestes à sa propre fille. Nous sommes reliées par notre féminité, nous sommes sœurs dans cet accomplissement secret.

La fragrance de l’onguent emplit mes narines, traverse mon corps et me transporte vers les hammams d’Orient. Une douceur suave se répand sur mon visage par des massages ancestraux des palais des mille et une nuits. Ce petit moment réservé, indispensable, n’est que pour moi et je le goûte intensément en fermant les yeux.

Je repense à celle qui m’a choisie pour m’apprendre le secret de la graine de pastel que l’on presse pour en extraire une huile vierge dont les vertus nourrissantes et cicatrisantes redonnent à la peau souplesse et beauté. Il a suffi d’une noisette du précieux baume pour que je sois envoutée, charmée par la douceur et le parfum de ma peau, émue que cela soit possible, véritable régénérescence de ce que le temps avait flétri… J’avais été initiée, j’étais marquée par cet instant inoubliable.

Pourtant ce n’est pas l’onguent qui m’a d’abord attirée mais le bleu des étoffes, ce bleu pastel prisé par les rois de France et compagnon des peintres. Sans savoir pourquoi, intuitivement, je voulais ramener quelque chose de bleu. Mais tel n’était pas mon destin ce jour-là car point de serviette de bain ni de nappe dans mon sac mais une boîte sur laquelle était inscrit en lettres fines « Graine de Pastel ». Je l’ouvris sitôt arrivée chez moi pour en sortir un tube dont j’extrayais fébrilement l’élixir divin pour l’étaler en toute petite quantité sur le dos de mes mains puis sur mon visage comme me l’avait enseigné mon initiatrice.

Depuis j’ai continué la transmission. Ma mère, ma fille et ma meilleure amie ont bénéficié à leur tour des bienfaits de l’onguent à l’huile de pastel et je sais qu’elles vont poursuivre l’Œuvre. 

Frédérique Chamayou»

Partager